Pancréas

Nouveaux excroissances dans le pancréas: causes

Si vous n'avez pas trouvé les informations nécessaires parmi les réponses à cette question ou si votre problème est légèrement différent de celui présenté, essayez de poser une autre question au médecin sur cette page si celle-ci concerne la question principale. Vous pouvez également poser une nouvelle question à laquelle nos médecins répondront au bout d’un moment. C'est gratuit. Vous pouvez également rechercher les informations nécessaires dans des questions similaires sur cette page ou sur la page de recherche du site. Nous vous serions très reconnaissants de nous recommander à vos amis sur les réseaux sociaux.

Medportal 03online.com effectue des consultations médicales dans le mode de correspondance avec des médecins sur le site. Ici, vous obtenez des réponses de vrais praticiens dans votre domaine. Actuellement, le site fournit des conseils sur 45 domaines: allergologue, neurologue, gastroentérologue, hématologue, généticien, gynécologue, homéopathe, pédiatre, gynécologue, pédiatre, pédiatre orthophoniste, Laura, mammologue, avocate en médecine, narcologue, neuropathologiste, neurochirurgien, néphrologue, oncologue, oncologue, chirurgien orthopédiste, ophtalmologiste, pédiatre, chirurgien plasticien, proctologue, Psychiatre, psychologue, pneumologue, rhumatologue, sexologue-andrologue, dentiste, urologue, pharmacien, phytothérapeute, phlébologue, chirurgien, endocrinologue.

Nous répondons à 95,06% des questions.

Causes de la maladie

La cause du cancer du pancréas n’a pas été établie. Cependant, les facteurs les plus importants du développement de la maladie peuvent être identifiés.

  1. Tabagisme Le risque d'entendre un diagnostic décevant tel qu'un cancer du pancréas augmente chez les fumeurs au moins 1,5 fois. Plus une personne fume longtemps, plus le risque de contracter la maladie est élevé. Il est associé à l'action de la nitrosamine contenue dans la fumée de tabac. Après avoir cessé de fumer, le risque est réduit après 10-15 ans.
  2. Bonne nutrition. L'utilisation de grandes quantités de viande et d'aliments gras a un effet négatif sur l'état de l'organe et réduit considérablement le risque de maladie d'un plat de légumes et de fruits, en particulier de plats frais.
  3. Si un patient a déjà subi une gastrectomie, le risque de développer un cancer augmente considérablement. Ceci s'explique par le fait que l'estomac opéré produit une plus petite quantité de contenu acide. En conséquence, les bactéries se multiplient plus intensément et produisent une grande quantité de nitrate réductase, ce qui augmente la formation de composés nitrosés.
  4. Opération cholécystectomie. L'augmentation des taux de cholécystokinine augmente le risque de cancer de la glande. Son nombre augmente à son tour après une cholécystectomie, avec reflux persistant duodénogastrique.
  5. Une maladie comme le diabète sucré est souvent le principal symptôme d'une tumeur pancréatique ou d'un facteur prédisposant.
  6. La pancréatite chronique augmente considérablement le risque de développer la maladie (15 fois), même si elle est héréditaire.
  7. Certains produits chimiques industriels augmentent de 4 à 7 fois le risque de cancer de la glande. Ceux-ci comprennent le DDT (DDD et Ethylan), l'essence et la benzidine.
  8. Le faible niveau socioéconomique influence l’augmentation de la morbidité.
  9. La thrombophlébite des veines profondes de la jambe est dangereuse par une thrombose soudaine et occasionnelle, elle contribue également au développement d'un cancer mucineux.
  10. Les maladies des tissus musculaires (polymyosite et dermatomyosite) sont parfois de nature tumorale et se développent dans le contexte du cancer de la glande.
  11. Le retrait des amygdales (amygdalectomie) a dans certains cas montré une diminution du nombre de maladies tumorales.
  12. L'hérédité. Dans 3% des cas de cancer du pancréas, vous pouvez parler d'une maladie familiale.
  1. adénocarcinome du pancréas,
  2. tumeur épidermoïde
  3. cancer du cystadénocarcinome
  4. tumeur à cellules acineuses
  5. cancer indifférencié.

L’adénocarcinome représente environ 80% des cas.

Stades du cancer du pancréas.

  1. Le premier stade est caractérisé par une croissance tumorale limitée au sein du tissu pancréatique. La tumeur ne dépasse pas les limites du corps.
  2. Le deuxième stade comporte les sous-stades A et B. Au stade A, la tumeur affecte déjà non seulement le tissu de la glande, mais également le duodénum et les voies biliaires. Dans le même temps, il n'y a pas de métastases aux ganglions lymphatiques. Le stade B se caractérise par une tumeur de toute taille et sa propagation aux ganglions lymphatiques.
  3. La troisième étape signifie la propagation d'une tumeur à de tels organes et structures anatomiques: l'estomac, la rate, le gros intestin, les gros vaisseaux et les nerfs.
  4. La quatrième étape signifie la métastase de la tumeur à d'autres organes par les canaux lymphatiques: poumons, foie.

Classification des stades de la maladie.

  1. Tumeur primaire T.
  2. La tumeur primaire n'est pas détectable par T0.
  3. La tumeur primitive du pancréas se limite au parenchyme de l'organe T1.
  4. La tumeur dans la mesure a une taille maximale de 2 cm. Tia.
  5. La taille maximale de la tumeur est supérieure à 2 cm. T1b.
  6. La tumeur s'est propagée à de telles structures anatomiques (canal biliaire principal, tissus entourant le pancréas, duodénum). T2.
  7. La tumeur s'est propagée à de telles structures anatomiques: le côlon, la rate, l'estomac et les gros vaisseaux sanguins situés à proximité. T3.
  8. La propagation des cellules cancéreuses dans les ganglions lymphatiques régionaux. N.
  9. Pas assez d'informations pour évaluer l'état des ganglions lymphatiques régionaux. Nx.
  10. Il n'y a aucun signe de propagation aux ganglions lymphatiques régionaux. N0.
  11. Des métastases dans les ganglions lymphatiques régionaux sont détectées. N1.
  12. La présence de métastases individuelles. M.

Inflammation des ganglions lymphatiques du pancréas

Les ganglions lymphatiques sont les premiers à signaler la pénétration d’une infection dans l’organe. Un ganglion lymphatique en bonne santé a à peu près la taille d’un pois. Il a une texture uniforme, n'est pas associé aux tissus environnants et est mobile.

S'il existe un processus inflammatoire dans le corps ou si une tumeur maligne est apparue, le système immunitaire a besoin de davantage de lymphocytes pour lutter contre les cellules étrangères et les micro-organismes. Dans les ganglions lymphatiques, leur formation est intense. Si une infection y pénètre, leur taille augmente et s’enflamme.

Soulignez les principaux symptômes d'inflammation des ganglions lymphatiques:

  • augmentation de la température
  • une augmentation de la taille du ganglion affecté,
  • fatigue et faiblesse
  • sensations douloureuses sur le site de localisation,
  • nausées et vomissements.

Chez certains patients, les symptômes peuvent ne pas être prononcés. Mais si des sensations douloureuses ou une sorte de compaction apparaissent dans l'abdomen à la moindre pression, il est impératif de faire appel à une assistance médicale qualifiée. Il est nécessaire d'identifier les causes de cette inflammation, car ce symptôme peut signaler le développement d'une tumeur maligne.

Système lymphatique du pancréas

La connexion étroite de la chaîne des ganglions lymphatiques et des vaisseaux du pancréas avec le système lymphatique de la vésicule biliaire, ses canaux et son duodénum joue un rôle important dans le développement de processus pathologiques combinés se produisant dans les organes digestifs. La lymphe qui en sort entre dans les ganglions lymphatiques (LU), localisée

  • sur la surface supérieure de la glande,
  • à la porte de la rate,
  • dans le ligament commun formé par les ulcères hépatiques et duodénaux.

Une partie de la lymphe circule dans les ganglions rétropéritonéaux du système de l'aorte abdominale et de la veine cave inférieure.

Ganglions lymphatiques atteints de pancréatite

Reconnaître la pancréatite peut être en utilisant une échographie, une imagerie calculée ou par résonance magnétique. À l'aide de ces études, il est possible de voir l'état de l'organe. Tout d'abord, la structure du pancréas, son contour, les modifications focales, l'état des ganglions lymphatiques, des vaisseaux et des organes environnants sont évalués.

Habituellement, les ganglions lymphatiques de la pancréatite sont hypertrophiés car il existe une forte inflammation dans l’organe. Naturellement, lorsque vous exacerbez la maladie, vous devez appeler une ambulance, car chaque minute coûte cher. Alors que les médecins vont réduire les symptômes, vous pouvez utiliser des compresses froides.

Comment fonctionne le pancréas

L'état général et le bien-être d'une personne dépendent directement de la productivité du pancréas. Quelles sont les fonctions de cet organe? Une glande fonctionnant normalement soutient le travail des autres systèmes du corps. Il produit des enzymes pour digérer les aliments et fournit de l'insuline au sang.

L'organe est situé derrière le péritoine, juste au-dessous de l'estomac, au niveau de la première vertèbre lombaire. Derrière elle passent de grands vaisseaux, puis la colonne vertébrale. La glande a une forme allongée, se compose de la tête, du corps et de la queue. Dans la région de la tête se trouve le duodénum, ​​qui ouvre le canal principal de la glande. Il reçoit le fluide pancréatique.

Le canal de la glande se confond avec le canal biliaire, ce qui indique un travail conjoint sur la dégradation des nutriments avec le foie. La glande a une capsule et est divisée en lobules. Pour la production d'enzymes sont les cellules responsables de la glande exocrine, endocrine - pour la production d'insuline.

Une défaillance de la partie exocrine provoque une inflammation du pancréas. Une altération de la fonction des glandes entraîne le développement d'une pancréatite aiguë ou d'un diabète sucré. La pathologie d'un organe est impliquée dans leur survenue, mais les maladies ont des causes et des symptômes différents et doivent être traitées différemment.

Causes de la maladie

La glande est située profondément, son état est donc difficile à déterminer. En tant que maladie indépendante, l'inflammation du pancréas et de sa tête n'est pas diagnostiquée. La maladie survient dans le contexte d'autres processus pathologiques du système digestif. Le bon fonctionnement du pancréas dépend du mode de vie et de la nutrition de la personne.

Les causes de la pancréatite sont nombreuses, mais la principale raison est l'abus d'alcool et la présence de calculs dans la vésicule biliaire. D'autres facteurs peuvent déclencher l'apparition d'une inflammation du pancréas:

  • maladies de la vésicule biliaire et de ses conduits,
  • violation de l'estomac et du duodénum,
  • modifications vasculaires sclérosées
  • intoxication alimentaire, les effets de produits chimiques nocifs,
  • utilisation déraisonnable de médicaments,
  • blessures, blessures, plaies postopératoires,
  • infections virales et maladies chroniques,
  • étiologie allergique du processus
  • prédisposition génétique.

Un processus aigu se développe à la suite d'une surconsommation d'aliments frits et gras lorsqu'un régime est rompu. Un dysfonctionnement de la glande entraîne une modification de la pression dans le système de conduits, la bile s'accumule dans l'organe, perturbe la circulation sanguine et provoque un gonflement de la glande. Cette situation provoque une indigestion, le développement d'une inflammation du pancréas.

Diagnostic de la maladie

Il est impossible de suspecter une pathologie au tout début de son développement. Un spécialiste qualifié - un gastro-entérologue - peut diagnostiquer et prescrire un traitement. Dans l'inflammation du pancréas, les méthodes de recherche instrumentale et de laboratoire jouent un rôle majeur dans le diagnostic. Les symptômes de la maladie ne donnent pas une image complète et peuvent être causés par d'autres maladies du tractus gastro-intestinal qu'il convient de traiter.

La maladie a deux formes - cours aiguë et chronique. La présence d'une pancréatite aiguë doit être diagnostiquée à temps pour fournir l'assistance nécessaire et prescrire un traitement. Le pancréas étant un organe producteur secret, la pathologie entraînera des modifications des données sanguines, urinaires et fécales. Un indicateur important est une violation de la composition électrolytique, qui peut provoquer un dysfonctionnement du système cardiovasculaire.

Les études instrumentales permettent de suivre visuellement la maladie et de détecter d’autres changements pathologiques causés par le développement d’une inflammation du pancréas. Les méthodes d’examen instrumentales peuvent être les suivantes.

  1. Pour diagnostiquer une inflammation de la glande, la présence de pus ou de zones nécrotiques, vous pouvez utiliser une échographie.
  2. La présence de calculs et de changements dans l'intestin, le médecin détectera quand les rayons X de la cavité abdominale.
  3. Une étude telle que la tomodensitométrie évaluera la taille de la lésion et la présence d’autres pathologies.
  4. À l'aide d'un endoscope, une inspection est effectuée et le degré d'endommagement de la glande est déterminé.
  5. Si le cas est grave, la laparoscopie est immédiatement diagnostiquée et traitée.

Symptômes de la pancréatite

Les signes d’un processus aigu doivent être distingués de certaines pathologies - ulcère perforé, cholécystite, obstruction ou obstruction des veines intestinales, douleurs cardiaques. Pour le cours aigu du processus inflammatoire est caractérisé par les indicateurs suivants:

  • douleur entourante très sévère dans la partie supérieure de l'abdomen,
  • faiblesse, pâleur, sueurs froides,
  • forte baisse de pression
  • nausée, vomissement, diarrhée, constipation,
  • la langue est recouverte de fleurs blanches, on observe en même temps une bouche sèche,
  • augmentation de la température.

En outre, le médecin peut établir un diagnostic lorsqu’il examine un patient.

L'inflammation chronique du pancréas se caractérise par un long trajet, un changement de périodes d'exacerbations et de rémissions, présente d'autres symptômes:

  • douleurs sourdes et douloureuses, localisées à gauche sous la côte, données dans le dos,
  • la nausée se produit
  • des sensations désagréables apparaissent après avoir consommé des aliments gras ou de l'alcool,
  • tabouret gruau fétide, avec une brillance huileuse caractéristique,
  • perte de poids due à la non assimilation des nutriments.

Au fil du temps, des signes tels que l'anémie, la stagnation de la bile, une jaunisse grave, une augmentation persistante de la glycémie sont constatés.

Traitement des processus inflammatoires

L'inflammation aiguë de la glande et de sa tête nécessite des soins médicaux immédiats, l'auto-traitement est inacceptable. L'obstruction des canaux par des calculs, une tumeur ou un kyste entraîne l'accumulation d'enzymes, le processus d'autodestruction du tissu glandulaire commence. Cette condition implique un traitement hospitalier dans le service de chirurgie.

Le médecin analysera les symptômes de l’inflammation pancréatique et prescrira le traitement nécessaire. Tout d’abord, le patient doit boire suffisamment de liquide, la consommation de nourriture est interdite pendant plusieurs jours, puis un régime strict est nécessaire. Pour alimenter le corps en nutriments, une perfusion intraveineuse de solutions de sel spéciales, de glucose et de produits sanguins est réalisée.

Pour traiter la pancréatite, vous aurez besoin d’analgésiques et de médicaments antispasmodiques - No-shpa, Papaverine. Parallèlement à cela, prescrire des agents qui réduisent la production de fluides enzymatiques et réduisent son activité (Ranitidine, Omez, Almagel). Si vous soupçonnez le développement d'une microflore purulente, l'inflammation de la glande devra être traitée avec des antibiotiques.

Le traitement de la pancréatite est complexe et l’alimentation joue l’un des principaux rôles. Les aliments doivent être bouillis ou cuits au four sans épices. Les produits laitiers doivent avoir une faible teneur en graisse. Exclure les légumes et les fruits acides contenant des fibres grossières. Un régime alimentaire qui exclut les aliments gras, frits, épicés et acides doit être maintenu en tout temps.

Prévention

Le pancréas est un organe important et nécessaire dans le corps humain. Avec son aide, l’indice de glycémie se stabilise. En raison du fer contenu dans l'intestin, un processus important de fermentation des protéines, des graisses et des glucides a lieu. Pour éviter la survenue d'une pancréatite aiguë aidera le régime alimentaire, l'exclusion des boissons alcoolisées.Il est important de manger des aliments sains et sains, ne pas utiliser de restauration rapide, ne pas abandonner les aliments frits, fumés ou épicés.

À titre préventif, il est recommandé de faire un léger massage du pancréas. Vous pouvez le faire vous-même à la maison, d'autant plus que cela n'exige pas de connaissances ni de compétences particulières. Afin de ne pas provoquer d'inflammation, il est important d'identifier et de traiter rapidement les maladies de la vésicule biliaire et du foie et tout dysfonctionnement du tractus gastro-intestinal.

Méthodes de métastases tumorales

Les cellules tumorales se propagent dans tout le corps par le système circulatoire, les vaisseaux lymphatiques et la germination dans les organes et les tissus environnants.
Le long des voies lymphatiques, les cellules tumorales pénètrent dans les ganglions lymphatiques de l'espace rétropéritonéal et dans la cavité abdominale.
Dans les vaisseaux sanguins des cellules tumorales sont introduits dans les poumons, le foie, les reins, le tissu osseux.
La propagation de l'implantation provoque une carcinomatose péritonéale et une ascite causée par un cancer.

Le pronostic de cette maladie est extrêmement défavorable. Environ 20% des patients atteints d’adénocarcinome vivent au cours de l’année, le taux de survie à cinq ans n’excédant pas 3%.

Le pronostic pour les tumeurs opérables: après traitement radical opératoire, le taux de survie à cinq ans selon différentes sources est de 3 à 25%. Ce qui compte, c'est la taille de la tumeur. Avec un diamètre de 2 cm, la survie augmente à 30%. En l'absence d'une partie résiduelle de la tumeur et de la nécessité de la séparer des vaisseaux, le taux de survie atteint 35%. Si le cancer du pancréas ne s'est pas propagé aux ganglions lymphatiques, alors 55% des patients ont des chances de survie à cinq ans.

La distribution aux métastases distantes des tissus environnants réduit le taux de survie moyen à 2-6 mois. La survie dépend du nombre de symptômes prévalant dans le tableau clinique (notamment la xérostomie, la cachexie, le manque d'appétit, l'essoufflement) et de l'état général du patient.

Combien de personnes vivent dans des tumeurs malignes de la première glande?

La prévision à ce stade est la plus favorable, car la tumeur est relativement petite et ne s'étend pas au-delà de la glande. Dans ce cas, le diagnostic est déjà possible, la tumeur ayant une taille d'environ 2 cm, le traitement d'un tel patient est complexe, ce qui permet d'obtenir des résultats significatifs et de prolonger la vie du patient pendant de nombreuses années.

Si un cancer du pancréas de deuxième stade était détecté chez le patient, les chances en seraient considérablement réduites. Le cancer se développe dans les organes voisins et les ganglions lymphatiques, mais la métastase n'a pas encore commencé. Parmi tous les patients à ce stade, seulement 50% sont opérables, et la chimiothérapie et la radiothérapie augmentent les chances. Environ cinq pour cent des patients survivent pendant cinq ans.

Combien de patients vivent avec le troisième stade du cancer du pancréas?

À ce stade, des symptômes d'intoxication grave du corps apparaissent, le cancer du pancréas évolue de manière sévère et parfois, une intervention chirurgicale aggrave les maladies concomitantes ou aggrave le bien-être du patient. La thérapie combinée prolonge légèrement la vie, supprime la propagation des métastases et la croissance du foyer tumoral. La réalisation d'une chimiothérapie n'affecte pas significativement la durée de vie, mais empêche la croissance de la tumeur.

Le quatrième stade de la maladie est négligé. L’état du patient s’aggrave considérablement, toutes les institutions médicales ne l’engagent pas, car le corps a déjà plusieurs métastases. Le taux de survie à cinq ans ne dépassera pas 4%. La thérapie combinée prolonge légèrement la vie.

Diagnostic de la maladie

  1. Les rayons X et la radiographie de l'estomac et du duodénum permettront d'identifier les déformations d'organes. Cela est dû à la compression ou à la germination de la tumeur. À l'aide de la duodénographie de relaxation, la déformation de la zone pylorique et du duodénum, ​​le déplacement de ces organes et le rétrécissement de leur lumière sont déterminés. Ces symptômes sont caractéristiques du cancer de la tête. L'irrigographie révèle une compression du côlon transverse et des défauts de remplissage associés à la germination de la tumeur.
  2. La tomodensitométrie est largement utilisée pour diagnostiquer les tumeurs du pancréas. La méthode permet d’identifier la taille, la localisation et les métastases du cancer. Le scanner permet à 90% des patients de détecter un signe de cancer du pancréas - une expansion des voies biliaires intrahépatiques, qui se développe avec un ictère obstructif.
  3. Diagnostic échographique. Une augmentation de la taille de la glande, une modification de l'uniformité de la structure, des contours flous et des conduits dilatés peuvent être détectés. La tumeur peut absorber des ultrasons, à cause desquels le bord postérieur de l'organe n'est pas visible.
  4. Les méthodes de diagnostic endoscopique comprennent.
    • Fibroscopie (de l'estomac et du duodénum). Difformité visible de l'estomac ou du duodénum, ​​germination de la tumeur. Dans ce dernier cas, vous pouvez faire une biopsie pour un examen histologique.
    • Pancreatocholangioscopy. Il est administré par voie orale. Vous permet d'évaluer visuellement l'état des voies biliaires principale du pancréas et de la main, de détecter une tumeur et un rétrécissement de la lumière des canaux.
    • Méthode de diagnostic laparoscopique. Avec lui, évaluer l'état des organes impliqués dans le processus: le foie et la vésicule biliaire. Dans la jaunisse obstructive, la surface inférieure du foie est jaune-vert, la vésicule biliaire est tendue et tendue. Dans les zones en pente de la cavité abdominale, le liquide s'accumule et l'ascite se développe.
    • La méthode endoscopique aux rayons X implique l’utilisation d’une cholangiopancréatographie rétrograde endoscopique sous le contrôle d’un appareil à rayons X (télévision à rayons X). Les canaux sont segmentés de manière dilatée et rétrécie sur différents sites, le canal des glandes est également rétréci, parfois son blocage complet est observé.
  5. Méthodes de diagnostic par rayons X.
    • Cholangiographie transhépatique percutanée. Une aiguille est insérée à travers la peau et le parenchyme hépatique dans les voies biliaires sous contrôle radiographique. Peignez-les avec une substance radio-opaque. En conséquence, des signes de jaunisse obstructive sont visibles: dilatation des canaux et tension de la vésicule biliaire.
    • Méthode angiographique (coeliacographie, splénoportographie, mésentéricographie). La photo montre le rétrécissement des vaisseaux sanguins, la présence d'artères et de veines tumorales, la lumière des vaisseaux sanguins peut être rétrécie, leurs parois sont rigides. Souvent, vous pouvez voir des contours ulcérés et une accumulation de produit de contraste.
  6. Une méthode de diagnostic par radionucléides ou une cytnigraphie pancréatique permettra de détecter un foyer froid (correspondant à la localisation de la tumeur). Les contours de la glande sont déformés et flous. L'élimination du médicament dans l'intestin est bloquée.

Quelle est la qualité et la longévité des patients diagnostiqués avec un cancer du pancréas?

La chirurgie du pancréas n’est actuellement pas dangereuse. Cependant, la plupart des patients décèdent dans les cinq ans qui suivent la chirurgie. Cela est dû au diagnostic tardif de la maladie. Moins de deux ans, ceux qui avaient une tumeur s'avéraient inopérables ont vécu. Ces patients subissent une chirurgie palliative pour soulager la maladie et éliminer la compression des canaux hépatiques.

Que se passe-t-il après le retrait d'une partie de la glande et quelles mesures peuvent être prises pour améliorer la qualité de vie d'un patient atteint d'un cancer du pancréas?

En fonction de la partie de l'organe et de la quantité prélevée, le patient peut rencontrer de tels problèmes:

  1. digestion altérée à la suite d'une production réduite d'enzymes pancréatiques,
  2. production d'insuline insuffisante, ce qui entraîne une augmentation du taux de sucre sérique.

Le manque d'enzymes et d'hormones peut être comblé avec des médicaments.

Dans le premier cas, il suffit d’utiliser des médicaments tels que Creon, Panzinorm. Ce sont des analogues artificiels des enzymes du corps humain qui ont bien fonctionné. Après la chirurgie, le patient devrait les manger à chaque repas. Le but de cette thérapie est d'éliminer le manque de digestion, qui se manifeste par des flatulences et des diarrhées. La dose du médicament est choisie par le médecin en fonction du régime alimentaire du patient et de la prédominance de tout symptôme.

Quel est le besoin moyen d'utiliser des préparations enzymatiques par jour?

Chaque jour en moyenne, le patient aura besoin de 6 à 12 capsules, la dose peut être ajustée. N'oubliez pas que le médicament est nécessaire même pour de petites collations. Les préparations enzymatiques n'ont pratiquement aucun effet secondaire, à l'exception d'éventuelles réactions allergiques rares.

Si, après le traitement chirurgical d'un patient, il y a une chute de la glycémie, des médicaments sont prescrits pour la contrôler. Dans les cas bénins avec un faible taux de glucose sanguin, on prescrit au patient un régime et des médicaments hypoglycémiants en comprimés. Si les fonctions de la glande sont gravement altérées, l'administration de l'hormone insuline est requise. Le médicament est administré uniquement par injection. Le médecin déterminera la quantité d'insuline nécessaire dans chaque cas. À ce jour, il existe différents analogues de l'insuline humaine, obtenue par génie génétique ou d'origine animale, même en traitement d'insuline, le patient ne doit pas oublier son régime alimentaire et ses visites régulières chez le médecin, en particulier au début de sa guérison.

Si la tumeur s'est propagée aux organes voisins, à savoir la rate, il est alors nécessaire de l'enlever pendant l'opération. La vie est possible sans ce corps. La rate est un organe immunitaire. Par conséquent, après son retrait, le patient est sujet à diverses maladies infectieuses, notamment bactériennes. Par conséquent, dans la période postopératoire, effectuez les vaccinations nécessaires. Si possible, ils sont répétés tous les 5 ans. Pour un tel patient, une approche spéciale attentive est nécessaire, la question de la prescription d'agents antibactériens est résolue dans chaque cas de maladie infectieuse. En outre, la rate subit le processus de destruction des cellules sanguines. Il est particulièrement dangereux de prélever la rate par une augmentation ultérieure du taux de plaquettes sanguines. Cela peut conduire à une thrombose, il est donc important d'être sous la surveillance constante d'un médecin, si nécessaire, pour suivre un traitement avec des médicaments appropriés.

Le diagnostic différentiel du cancer du pancréas est associé à de telles maladies:

  • maladie de calculs biliaires
  • cancer du mamelon et du canal biliaire de Vater,
  • La maladie de Botkin,
  • pancréatite indurative.

Il est difficile de diagnostiquer le cancer du pancréas, en particulier lorsque la tumeur est située dans le corps et la queue, en raison des caractéristiques topographiques de l'organe (rétropéritonéal), des symptômes généraux non spécifiques (douleur, perte de poids, troubles dyspeptiques) et de l'absence de méthodes d'examen spécifiques.

Tout d'abord, il est nécessaire d'exclure les maladies malignes d'autres organes et systèmes: cancers de l'estomac, du foie, des voies biliaires et de la vésicule biliaire, du gros intestin et des reins. Ces tumeurs peuvent métastaser aux ganglions lymphatiques des portes du foie et de son parenchyme.

La taille des ganglions lymphatiques est normale

Le ganglion lymphatique est un filtre biologique pour la lymphe d'un organe proche. C'est une partie périphérique du système lymphatique. C'est une barrière au mouvement des cellules cancéreuses, des bactéries, des virus et autres antigènes étrangers. En apparence, il représente la formation d'une forme en forme de haricot, ronde ou ovale, les dimensions habituelles étant de 0,5 à 1 cm. La consistance d'un noeud normal est homogène, il ressemble à un pois, il n'est pas soudé aux tissus environnants, il est mobile, indolore.

Les ganglions lymphatiques sont situés le long des vaisseaux lymphatiques et sanguins. En eux, la formation de macrophages, phagocytes, lymphocytes - cellules impliquées dans la réponse immunitaire du corps à une protéine étrangère de l'agent pathogène. La lymphe, qui coule dans les vaisseaux, délivre des protéines étrangères - des antigènes. Ils provoquent une réponse immunitaire dans les nœuds eux-mêmes.

Causes de l'inflammation des ganglions lymphatiques PZH

Lorsque l'inflammation de l'organe le plus proche du ganglion lymphatique, situé dans la zone de localisation de celui-ci, peut augmenter. Dépasser habituellement sa taille normale est associé à une infection. De plus, il y a d'autres raisons:

  • métastases de la lésion de la tumeur maligne,
  • maladies lymphoprolifératives dans lesquelles la tumeur initiale provient du ganglion lymphatique.

L'excès de la taille normale des ganglions lymphatiques dans la pancréatite est associé à la production intensive de lymphocytes avec une inflammation sévère dans le pancréas. Cela est dû aux caractéristiques anatomiques: les vaisseaux lymphatiques sont étroitement interconnectés et forment un réseau dense. Ils ont un calibre différent: du plus petit au plus grand. La taille du vaisseau dépend de son emplacement: plus il est proche du ganglion lymphatique régional, plus il est gros. Le nombre de ganglions lymphatiques dans le pancréas et leur taille pour chaque personne sont individuels:

  • le nombre de ganglions pancréatiques et duodénaux antérieurs est compris entre 4 et 18:
  • verso de la même localisation - du 6 au 28,
  • le long des vaisseaux spléniques le long du bord de la glande, il y a de 7 à 19 nœuds.

Détermination des ganglions lymphatiques par ultrasons

L'échographie est l'une des principales méthodes de détermination des ganglions lymphatiques altérés. L'échographie de toutes les méthodes de diagnostic existantes est le moyen le plus sûr, rapide et abordable. Utilisé pour déterminer la pathologie des organes abdominaux parenchymateux non seulement chez l'adulte, mais aussi chez l'enfant.

Cette méthode permet principalement de considérer le pancréas, ses frontières, son échogénicité, l’extension ou la contraction du canal de Wirsung, la présence de calculs, de nouvelles formations, des modifications métastatiques, ainsi que la structure, la taille, la métastase de la lymphadénite régionale.

L'échographie estime la clarté des contours des nœuds:

  • malignisation ont souvent des contours irréguliers et flous, ils augmentent l’échogénicité du tissu,
  • enflammé - gonflement, leur taille est donc considérablement augmentée, l'écho est réduit, mais leurs contours sont nets, les limites sont égales.

A l'état normal, les ganglions lymphatiques lors de l'examen échographique du pancréas ne sont pas visualisés.

Quelles maladies peuvent montrer des ganglions lymphatiques élargis?

L'inflammation des ganglions lymphatiques avec une augmentation de leur taille indique un processus pathologique infectieux dans le pancréas. La pancréatite s'accompagne d'un changement non seulement dans le parenchyme de la glande, mais également au niveau des ganglions et des conduits du système lymphatique.

Aux dommages de la cellule pancréatique des tissus endommagés, les leucocytes, sécrétés en grande quantité, les enzymes pancréatiques, les toxines, les bactéries ou les virus entrent dans la lymphe. Dans les nœuds qui sont des filtres pour ces substances pathologiques, ils s'attardent et causent une lymphadénite. Le nœud gonfle, il devient tendu, sa taille est bien supérieure à la norme - atteignez 5 à 7 cm de diamètre. Dans les cas graves, la suppuration se produit. Si le vaisseau lymphatique est impliqué dans le processus pathologique, la lymphangite se développe. L'inflammation se propage aux nœuds voisins, des conglomérats se forment à partir de plusieurs nœuds purulents modifiés et soudés.

En plus de la pancréatite, on observe un excès de la taille normale des glandes régionales lors de l'inflammation des organes voisins, provoquant une forme réactive d'inflammation du pancréas. Il survient dans les cas de cholécystite, de cholélithiase, de gastroduodénite, d'hépatite sévère. Le processus réactif dans le pancréas, qui n'est pas la maladie primaire, mais une réponse à la pathologie des organes voisins, peut être difficile, impliquant des UL régionales.

Parmi les tumeurs malignes du pancréas, l'adénocarcinome des canaux excréteurs du pancréas est en premier lieu en termes de prévalence. Il se caractérise par une croissance agressive.Le cancer de la tête du pancréas ne représente que 2% de tous les cancers, mais occupe la 4ème place dans la mortalité. Le diagnostic du cancer du corps et de la queue est considérablement entravé par la localisation rétropéritonéale de la glande et par l'absence de symptômes spécifiques de la maladie. Dans tous ces processus, les ganglions lymphatiques régionaux sont les premiers à augmenter: dans de nombreux cas, cela se produit bien avant les manifestations cliniques ou les signes évidents d'un processus oncologique. Souvent, leur évolution s'accompagne d'une fièvre légère, d'une faiblesse, d'une fatigue et d'un manque d'appétit. D'autres signes de maladie peuvent être déterminés lorsque le processus s'est étendu et est devenu irréversible.

Les stades du cancer du pancréas (croissance de la tumeur elle-même) ne coïncident pas avec les manifestations cliniques. Il y a 4 étapes:

  • le premier - la croissance tumorale se produit exclusivement dans le parenchyme de la glande elle-même,
  • deuxièmement, la pathologie s'étend au-delà des frontières du pancréas et affecte les conduits de la vésicule biliaire et de l'intestin grêle; dans les cas graves et à croissance rapide, des ganglions lymphatiques régionaux peuvent être impliqués,
  • le troisième stade - le néoplasme se propage à l'estomac, des segments du côlon, de la rate,
  • quatrième stade - métastases des canaux lymphatiques vers les poumons et le foie.

Le pronostic est défavorable. Traitement dans de tels cas, chirurgical: implique la résection de l'organe affecté avec les ganglions lymphatiques régionaux. Lorsqu'il est impliqué dans le processus, la rate est également prélevée.

En raison de la gravité des maladies de la prostate et du pronostic défavorable de nombre d'entre elles, il est nécessaire de consulter un médecin dès les premiers signes de mauvaise santé. Dans tous les cas, la détection des ganglions lymphatiques élargis doit être une vigilance oncologique: tout d'abord, la nature maligne de leurs modifications est exclue. C'est le seul moyen d'éviter des conséquences tragiques.

Système lymphatique d'organe parenchymal

La lymphe est l'environnement du corps, qui se forme en filtrant le liquide extracellulaire. Il est constitué de cellules de protection immunologique (lymphocytes, macrophages, phagocytes) et de solutés y pénétrant à partir des lobes de la glande.

La structure du système lymphatique du pancréas comprend:

  1. Les capillaires lymphatiques s'étendant de l'espace interstitiel.
  2. Vaisseaux du plexus lymphatique coeliaque.
  3. Ganglions lymphatiques supérieurs et inférieurs (pancréatoduodénal - têtes de glande et pancréas - corps et queue).
  4. Noeuds coeliaques.
  5. Tronc lymphatique intestinal.

Le ganglion lymphatique du pancréas est une formation élastique de 1 à 5 cm de diamètre. Autour de celle-ci se trouve une capsule d'où partent les légères trabécules (partitions). Sous la capsule se trouve un cortex, qui contient des lymphocytes, des macrophages et des cellules immatures du système immunitaire. La couche cérébrale est représentée par des cordons pulpeux, qui servent de filtre et de réservoir aux particules étrangères.

Les principales fonctions des nœuds lymphatiques pancréatiques peuvent être représentées par la liste suivante:

  • le retard des particules étrangères et malignes,
  • formation de lymphocytes,
  • synthèse d'anticorps et d'autres facteurs de défense immunitaire,
  • destruction des globules rouges
  • participation aux processus métaboliques.

Les ganglions lymphatiques sont situés dans des groupes de 4-5 pièces. La lymphe se déplace à travers les vaisseaux et les traverse jusqu'aux collecteurs centraux.

Lorsque les nœuds et les vaisseaux sont endommagés, ouvrez des voies collatérales (dérivation, réserve) qui acheminent le flux lymphatique jusqu'à la restauration des anciennes autoroutes.

Causes de dommages aux ganglions lymphatiques pancréatiques

Une hypertrophie des ganglions lymphatiques dans le pancréas est due à l'apparition d'une réaction inflammatoire, qui peut être déclenchée par la pathologie de la glande elle-même ou des tissus environnants. En outre, les tumeurs dans les nœuds eux-mêmes ou les métastases provenant d'autres régions entraînent également des modifications de leur taille.

Les vaisseaux lymphatiques et les nœuds de la cavité abdominale

Lorsque le pancréas est endommagé, des particules de tissus détruits, des leucocytes, des enzymes, des toxines et des corps microbiens pénètrent dans la lymphe. Attardés dans les noeuds du filtre, ils provoquent une inflammation réactive - la lymphadénite. Le ganglion lymphatique gonfle, devient tendu, augmente. Il y a sa suppuration. Lorsque l'inflammation atteint le vaisseau, la lymphangite se développe. Le processus se déplace vers les nœuds voisins, les faisant adhérer à la formation d'un conglomérat inflammatoire.

Les principales raisons de l'augmentation des ganglions lymphatiques pancréatiques:

Au cours de la dégénérescence tumorale, les tissus du nœud se développent, les cellules perdent leur différenciation. Le ganglion lymphatique peut atteindre une taille énorme en comprimant les tissus environnants.

Le plus souvent, les ganglions lymphatiques augmentent lors de la pancréatite, en réaction aux modifications inflammatoires de la glande. Parallèlement, le tableau clinique de la maladie sous-jacente apparaît. Il n'y a pas de symptômes spécifiques des ganglions lymphatiques.

Signes cliniques pouvant accompagner une augmentation des ganglions lymphatiques pancréatiques:

  • douleur abdominale du caractère de la ceinture,
  • tension locale des muscles de la paroi abdominale antérieure dans l'épigastre et l'hypochondre gauche,
  • flatulences
  • fièvre (avec adénite purulente),
  • nausées et vomissements indomptables,
  • syndrome d'intoxication,
  • selles perturbées (constipation ou diarrhée).

Les premiers symptômes du cancer du pancréas peuvent être:

  • douleur abdominale persistante
  • nausée
  • faiblesse non motivée
  • perte de poids, jusqu'à épuisement,
  • hypoglycémie - baisse du taux de sucre dans le sang, soif, augmentation de la diurèse quotidienne,
  • thrombophlébite superficielle récurrente des membres inférieurs,
  • pâleur et / ou jaunissement de la peau (pour cancer de la tête).

C'est important! Si une augmentation des ganglions lymphatiques pancréatiques régionaux est détectée en l'absence de modifications pathologiques de la glande et des organes environnants, il est nécessaire d'exclure une dégénérescence tumorale.

L'échographie est la principale méthode de détection des modifications de la taille des ganglions lymphatiques. De plus, ils peuvent être détectés par radiographie de contraste, tomographie assistée par ordinateur ou imagerie par résonance magnétique.

Lymphome pancréatique

Une lésion plutôt rare de la tumeur du pancréas est considérée comme un lymphome. La part des tumeurs primitives représente de 1 à 2-2,5%, le lymphome secondaire (non hodgkinien) est plus courant et résulte de la propagation du processus tumoral.

Selon les statistiques, le lymphome est plus fréquent chez les hommes de plus de 50 ans. La présence du SIDA est un facteur «favorable» pour le développement d'un néoplasme. En outre, la tumeur est sujette à une malignité rapide.

Le diagnostic du lymphome pancréatique primaire est difficile car la maladie est asymptomatique pendant une longue période et ne présente aucun symptôme spécifique. Parfois, la maladie évolue en fonction du type de pancréatite (en raison de la compression du canal de Virunga):

  • avec des douleurs vives ou douloureuses dans la partie supérieure de l'abdomen,
  • nausée, vomissements périodiques,
  • ballonnements, faiblesse.

Avec le lymphome non hodgkinien, une faiblesse persistante, une fièvre ondulatoire accompagnée de frissons et une perte de poids apparaissent.

Le diagnostic est fait par échographie, tomographie par ordinateur et résultats de biopsie. La tactique du traitement dépend de la taille de la tumeur et du processus de stadification. Peut être utilisé: chirurgie avec enlèvement de tumeurs et de parties de la glande, chimiothérapie ou radiothérapie.

Le lymphome primaire est sujet aux récidives, les tumeurs des cellules B et T se caractérisent par une croissance rapide, entraînant une mort précoce.